Aller au contenu

L’Institut de recherches interdisciplinaires sur Bruxelles (IRIB) associe des centres de recherche et de nombreux·euses chercheur·e·s de l’Université Saint-Louis qui consacrent une partie de leurs travaux à la métropole.

alex-vasey-plKQKKwszsE-unsplash
De nombreux centres de recherche et chercheur·e·s apportent leur contribution à l’institut qui offre ainsi une expertise transversale et interdisciplinaire sur Bruxelles en faisant dialoguer l’économie, le droit, la sociologie, la science politique, l’histoire ou l’architecture. Il est une structure ouverte à la participation de centres de recherche et de chercheur·e·s extérieur·e·s à Saint-Louis et entend développer ses collaborations avec d’autres universités ou hautes écoles belges et étrangères.

Mettre en réseau les centres de recherche et chercheur·e·s qui travaillent sur Bruxelles

Stimuler la production de recherche sur Bruxelles

Mettre en discussion les recherches sur Bruxelles au sein de la communauté scientifique et avec un large public

S’inscrire dans l’écosystème de recherches sur Bruxelles et servir de relais au sein de l'Université Saint-Louis – Bruxelles

Un intérêt marqué pour les études bruxelloises depuis près de 40 ans

1980

L’intérêt de l’Université Saint-Louis – Bruxelles pour les questions régionales, et bruxelloises en particulier, n’est pas neuf. Alors que la décision de créer les Régions wallonne et flamande venait d’être prise et que la solution à la « problématique bruxelloise » restait à trouver, Saint-Louis organisait, le 28 mai 1980, un colloque consacré aux aspects économiques et institutionnels de l’avenir de Bruxelles (actes publiés à Saint-Louis).

Dans la foulée de ce colloque fut créé, au sein de l’Université Saint-Louis, un Centre d’études interdisciplinaires de la région bruxelloise, sous la direction d’A.-M. Kumps, R. Wtterwulghe et F. Delpérée, professeurs à l’Université catholique de Louvain (UCL) et à Saint-Louis. Ce Centre, qui recevra dès 1982-83 son appellation définitive de Centre d’études régionales bruxelloises (CERB), avait pour objet « l’analyse et l’étude de la problématique de la régionalisation dans le cadre spécifique de la région de Bruxelles ». Son but était « de dégager à travers une recherche interdisciplinaire les perspectives de développement et de rénovation de cette région tant dans le cadre national que dans celui de la Communauté économique européenne ». Bien avant la création de la Région de Bruxelles-Capitale en 1989, la recherche à Saint-Louis jouait donc un rôle précurseur en prenant au sérieux le fait régional bruxellois.

2000

L’Université Saint-Louis définit ses « missions et objectifs », parmi lesquels la volonté de « soutenir une politique visant à poursuivre le développement [...] de centres de recherche ainsi qu’à constituer un ou plusieurs réseaux d’excellence interdisciplinaires composés de différents centres de recherche ».

Elle affirma également son intention de « valoriser [...] sa situation à Bruxelles, capitale européenne, capitale de la Belgique et de ses deux principales communautés, région bilingue et ville multiculturelle ». Dans la foulée fut fondé le Réseau interdisciplinaire de recherche sur Bruxelles (IRIB), présidé par Jean-Paul Lambert et dirigé par Michel Hubert. L’idée était de fédérer l’activité des centres de recherche et des chercheur·e·s des Facultés travaillant sur la problématique régionale bruxelloise et de mettre les scientifiques au service de leur région.

2006

L'IRIB a été chargé par la Région de Bruxelles-Capitale de mettre sur pied une revue scientifique destinée à diffuser les recherches sur Bruxelles. C’est ainsi que nait Brussels Studies. Cette revue scientifique, interdisciplinaire et interuniversitaire et trilingue (français, néerlandais et anglais), continue à ce jour de rencontrer un vif succès aussi bien dans la communauté scientifique que dans un large public.

Dans le contexte de la constitution d’une université unique dans le prolongement de l’Académie universitaire « Louvain », l’Université Saint-Louis a décidé de créer en son sein trois Instituts de recherche : le premier dans le domaine des études européennes (l’Institut d’études européennes - IEE), le deuxième pour renforcer et élargir la pratique de l’interdisciplinarité en général (Institut de Recherches Société et Interdisciplinarité – IRSI) et le troisième pour appliquer cette pratique à la problématique régionale bruxelloise et pour accroître encore l’implication de l’Université dans sa région (l’Institut de recherches interdisciplinaires sur Bruxelles - IRIB). Ce dernier remplaça le RIB en 2008 dans la tâche de coordonner la recherche sur Bruxelles.